Return to site

On ne devient pas influenceur en faisant uniquement de la curation.

J'ai rédigé cet article en avril 2017 sur la plateforme Medium. Toujours d'actualité, je vous le livre quasiment brut de changements :

Le voilà ! Cet article sur le web qui mérite qu’on s’y arrête. Suffisamment rare pour qu’on le fasse… Du très bon « Siècle digital » et rédigé par Valentin Blanchot, himself…

Résumons : on ne devient pas influenceur en faisant uniquement de la curation.

Je l’entendais siffler dans les airs depuis quelques mois, ce magnifique pavé dans la mare du secteur digital. Joli courage pour souligner un phénomène en constante progression et qui pourrait à un moment — non c’est déjà le cas — créer une formidable opportunité basée sur une ambiguïté : « Si je partage, on me considérera comme expert… et allons-y, peu importe la qualité du partage… »

L’info est donc courageusement lancée mais la messe n’est pas dite. Car le phénomène perdurera voire s’amplifiera… En utilisant des services en ligne savamment développés à cet effet.

Soulignons au passage que la curation est un moyen de se rendre visible. C’est particulièrement vrai pour les étudiants, frange importante de mes quelques followers, tout fraîchement sortis de l’école et qui exploitent les ficelles de Buffer, IFTTT, Feedly ou encore dlvr. Et c’est tant mieux. Ils en ont besoin pour se faire remarquer. Au passage, incitons-les à ouvrir leur propre blog et à écrire…

Soyons honnête, je suis moi-même un curateur actif sur Twitter notamment ! Depuis environ un an. Mon nombre de followers a certes progressé, mais peu importe. Là n’est pas mon objectif.

Influenceur, je ne suis pas, mais professionnel du web depuis une dizaine d’années, je suis ! Et j’en fais profiter mes clients. Je sélectionne, voire je leur envoie mes trouvailles ! J'ai d'ailleurs reçu un mail de remerciement de l’un d’entre eux pour un excellent article sur le retail à la sauce digitale. Satisfaction !

Il existe donc une curation utile, « propre » qui consiste à passer à son voisin, après lecture, contrôle et validation de la « VALEUR » de l’article. Au passage, tout ce qui qui présente un réel intérêt file sur mon Evernote…

A quoi sert un curateur ? A sélectionner, en vertu de son regard d’expert. C’est son prisme, sa sélection et il le revendique ! Le problème n’est pas de partager, mais bien de s’arroger le titre d’expert si facilement galvaudé, en n'étant qu'un simple relais de l'information.

Il est vrai que j'écris peu, faute de temps, de rigueur ou même de confiance en moi probablement. Eh oui. La rédaction est une affaire d’énergie, de vision, d’habitude et de talent dans certains cas. C’est très courageux de se lancer dans une telle entreprise.

Mais c’est quoi au fait un expert, donc un influenceur potentiel ?

Je tente de donner mon humble définition : c’est un humain (je veux dire sensible) qui a de l’expérience terrain, qui s’est planté et se replantera, qui apprend chaque jour des autres et des circonstances et qui dispose d’une souplesse infinie. Un expert ne livrera jamais les mêmes conseils, exempts d’empathie et d'attention au contexte.

Je lis partout qu’il faut faire comme ci ou comme çà ! Les 5 secrets, les 10 actions, les 500 clés pour… Inapplicables pour la plupart ! Malgré cela, je relaie. Parce que cela représente une amorce, une sensibilisation, une réflexion de départ… Mais pas une science exacte, implacable et suffisante pour tous ! Tous ces bons conseils méritent prudence, explications et adaptation en vertu des circonstances rencontrées. Ah, le beau métier que je fais !

Alors, OK, Valentin, j’ai compris le message et sincèrement merci ! Je vais être encore plus fin dans ma curation. Je reconnais que j'ai pu laisser passer parfois par paresse, par manque de temps des articles qui présentent moins d’intérêt à mes yeux.

Toujours le même sujet au final : la qualité prime avant la quantité !

Merci de me le rappeler dans un article qui me semblait personnellement destiné (bien que je n’ai pas la présomption d’être votre seule préoccupation :). Mais c’est çà la véritable définition de l’impact. Se sentir concerné et influencé. Et hop retour sur le vrai sujet !

Un grand merci à ceux qui consacrent du temps à l’écriture, à la réflexion et qui alimentent le web avec des articles de fond, réellement utiles et qui font avancer la roue…

Voici le lien pour lire l’article de Valentin : https://siecledigital.fr/2017/04/06/curateur-influenceur/

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly